En août dernier j’ai eu la chance d’être invité par une communauté indigène colombienne : « la comunidad Arhuaca ». Sincèrement ce n’est pas le style d’escapade que je pensais faire un jour, le tourisme culturel et communautaire ce n’est pas trop ma tasse de thé… mais pour le coup je me suis remis en question car ce séjour au fin fond de la Sierra Nevada a changé mon point de vue sur de nombreux thèmes.

Cela-dit quand tu reçois un coup de fil d’un « natif colombien » et qu’il te propose de venir découvrir son village en pleine montagne parce qu’un autre français lui a parlé de ton blog (merci Laurent de l’agence La Mochila) il faudrait être bête pour laisser passer une opportunité aussi incroyable.

Nous voilà donc partis ma copine (les photos sont d’elle) et moi pour un séjour à Seydukwa le village des indigènes arhuacos.

 

LE TRAJET Barranquilla – Seydukwa

Il faut compter 1h30 de bus depuis Barranquilla pour rejoindre Santa-Marta (20.000 pesos par personne).

Dans notre cas nous avons décidé de passer la nuit sur Santa-Marta dans un hôtel sympa (romantisme oblige).

Départ vers 6h du matin, direction la place du marché de Santa-Marta (j’ai un doute sur le tarif du taxi, maximum 10.000 pesos).

Il faut ensuite prendre un bus direction Palomino (9.000 pesos) une ville très touristique qui a vu sa fréquentation exploser en seulement quelques années.

Il faut compter les même frais pour retourner ensuite sur Barranquilla.

Une fois arrivés à Palomino notre guide Breyner nous a pris en charge pour débuter notre randonnée au cœur des reliefs de la Sierra Nevada.

Voici 7 raisons d’aller faire un tour à Seydukwa et rencontrer des indigènes colombiens :

 

1. Faire une randonnée sportive

Il faut compter entre 1h30 et 2h00 de marche pour atteindre le village qui est situé en pleine montagne. Une vraie expédition sportive t’attend. Des côtes et des dénivelées il y en a ! Je te conseille de ne pas oublier tes chaussures de marche et de prévoir des réserves d’eau et quelques barres de céréales pour bien profiter de cette aventure.

Arrivé à mi-parcours Breyner me demande si je sais nager. Question étrange en pleine montagne…

Quelques minutes plus tard il insiste et précise sa question « tu sais nager en piscine ou aussi en mer et dans des fleuves ? ». Sur le coup je trouve sa curiosité un brin étrange mais n’y prête pas trop d’attention.

30 minutes plus tard nous sommes face à un petit torrent, il faudra traverser à pied et à la nage pour rejoindre Seydukwa. Tout s’explique !

Tout est prévu pour ne pas mouiller tes affaires et l’expérience a quelque chose d’intense, c’est presque Koh Lanta mais en Colombie.

 

2. Découvrir les merveilles de la Sierra Nevada colombienne

Inutile de te dire que le chemin est un jardin botanique à ciel ouvert. On en prend plein les yeux.  Une grande partie du trajet est d’ailleurs bien plus propre que ce que j’ai pu voir dans d’autres régions du monde. Sur le territoire des arhuacos le respect pour la faune et la flore est flagrant.

Si tu as apprécié des destinations telles que le « parque Tayrona » ou l’Amazonie Colombienne tu seras ravi de visiter ces montagnes encore relativement préservées du tourisme de masse.

Notre accompagnant nous précise dès le départ que « tout ce qui monte dans la montagne avec nous, redescend de la montagne avec nous ».

Comprendre : on ne laisse pas ses détritus et on les remporte au retour. J’aime cet esprit !

 

3. Profiter du calme et de la tranquillité de la montagne

Notre guide n’est pas un grand bavard. Sa communauté encore moins.

Cela dit l’accueil est agréable et nous nous sommes sentis en très bonne compagnie pendant les 2 jours que nous avons pu partager avec les arhuacos.

Une fois arrivé au bout du chemin tu peux oublier Whatsapp, Facebook et Instagram. La haut pas de réseau et c’est tant mieux !

C’est d’ailleurs un lieu intéressant si tu souhaites te déconnecter quelques jours du monde moderne. Un bon plan si tu veux écrire tes mémoires au calme.

 

4. Échanger avec des indigènes colombiens

A l’aller nous avons été briffés sur les choses à faire et à ne pas faire pendant notre séjour. La communauté ayant une vie spirituelle très marquée par le respect des anciens, de la nature et aussi de certaines valeurs qui leurs sont propres.

  1. Si tu cherches un plan « drogas » oublie tout de suite. Tu n’es pas le bienvenu !
  2. Toute la « basura » qui monte avec nous, redescend avec nous.
  3. Interdiction de faire des trucs de « novios » dans la maison où nous dormons, elle sert aussi de lieux de culte au « Mamo » le chef politique et spirituel du village et ce serait très irrespectueux.

Les communautés indigènes colombiennes ont une vision, une version et une perception de l’histoire de leur pays qui est bien différente de ce que peuvent raconter les manuels d’histoire. Je regrette d’ailleurs de ne pas avoir posé plus de questions à mon guide qui ne mâchait pas ses mots en évoquant certains « héros colombiens ». Si je devais résumer l’opinion qu’il en a ce serait « ils sont tous de la même espèce ».

J’ai aussi eu la chance d’écouter quelques récits concernant les heures sombres du pays (une époque pas si lointaine que cela) et j’avoue que tout prend une dimension bien différente lorsqu’un local partage avec vous son vécu.

 

5. Apprendre les rudiments d’un dialecte indigène colombien

Si tu aimes les langues étrangères voici l’occasion pour toi de découvrir un dialecte que peu de personnes maitrisent.

Voici quelques rudiments d’arhuaco si tu veux te la raconter en soirée :

  • Azi mezare = Comment ça va ?
  • Duni = Merci
  • Du = Salut
  • Gamuzino = Enfant
  • Tety = Homme adulte
  • Gwaty = Femme adulte
  • Ey Gwi Amachukwa = A bientôt
  • Ey Gwandy = Bien / c’est bien / ça va
  • Nakavo = Donne-moi
  • Makuruma = Apporte-moi un cadeau

Lire aussi : le costeñol (español caribéen)

 

6. Cuisiner au feu de bois dans la montagne

Une fois la nuit tombée sur le village, plus de lumière pour nous éclairer. Nous avons donc cuisiné à l’aide de notre lampe torche dans une petite maison indigène et ce, sur une « leña indigena« .

Au menu : des pâtes au feu de bois.

Ce n’est certainement pas notre plus belle réussite culinaire mais nous les avons grandement appréciées.

Nous avions d’ailleurs emporté un bon nombre de barquettes de thon et du pain. C’est l’idéal pour partir à l’aventure sans se prendre la tête.

S’il est quelque chose que je recommande vivement c’est de transporter de bonnes réserves d’eau et/ou un filtre portatif.

Lire aussi : l’eau colombienne est-elle potable ? et les vaccins avant de partir

7. Vivre une expérience unique et inoubliable

Passer une nuit et deux journées avec des natifs colombiens n’est pas une expérience que beaucoup de personnes ont l’occasion de vivre.

Si tu souhaites découvrir un autre visage de la Colombie c’est certainement l’une de meilleures options qui s’offre à toi.

Je pourrais épiloguer et te faire l’éloge des ruisseaux, des cascades, de la nature omniprésente, des animaux sauvages et autres merveilles que j’ai pu apprécier pendant mon séjour mais je préfère te laisser quelques photos pour que tu te fasses une idée par toi-même :

 

Voici les coordonnées de Breyner si l’aventure te tente :

Agencia Operadora Comunitaria: SIERRAVENTUR TRAVEL
Facebook: Sierraventur Travel
Instagram: sierraventurtravel
Twitter: @sierraventur
Correo: sierraventurtravel@gmail.com
Celular o Whatsapp (+57) 315 350 3383

Si tu à l’âme d’un aventurier je t’invite aussi à lire les articles suivants :

¡Hasta Pronto!