Aujourd’hui je laisse la place à Sébastien Cretegny, un collègue blogueur qui habite Cali, pour nous présenter quelques spécificités de la ville où il réside et partager avec nous ses bons plans en matière d’investissement.

Sébastien anime le blog « Vivre en Colombie » depuis quelques mois maintenant et laisse-moi te dire que son travail est vraiment d’un très bon niveau. N’hésite pas à visiter sa page si tu veux en savoir plus sur l’expatriation en Colombie, les opportunités qu’offre le pays et la vie à Cali.

Si tu veux en savoir plus sur la ville de Medellin, l’article de Yoann t’attend par ici :

Si tu es plutôt intéressé par la côte caraïbe j’ai moi-même rédigé une note sur le sujet, elle est par là :

Je laisse maintenant la place à Sébastien :

 

5 secteurs d’investissement à Cali

La Colombie est un grand pays et chaque région a ses spécificités. Cela compte aussi au niveau économique, certains secteurs se développant mieux ou moins bien selon la région, les infrastructures présentes et la mentalité.

Mis à part la capitale Bogotá qui couvre largement tous les secteurs économiques, il est prudent d’investir dans le bon secteur au bon endroit.

Cali se situe au Sud-Ouest et compte une population de près de 2.5 millions d’habitants. Elle est proche de Buenaventura, le plus grand port de la côte Pacifique, et sur la route Panaméricaine qui mène en Equateur.

Il y eu une époque où Cali était reconnue internationalement et de nombreuses entreprises multinationales s’y sont installées durant les années 1940 a 1960. Les jeux Panaméricains de 1972 ont participé à son essor et prestige, en construisant notamment un aéroport international et un hôtel 5 étoiles, l’hôtel Intercontinental.

La fluctuation de la monnaie due à un marché trop replié sur lui-même a, par la suite, mis un frein au développement pour en arriver à la « décennie perdue » de 1980. Le narcotrafic a ensuite permis un semblant de redynamisation de la ville mais pour retomber encore plus durement quand la fin des cartels concordait avec la globalisation économique mondiale dont Cali n’était pas prête à suivre le rythme. La drogue et la violence ont mis fin à ce qui était la ciudad cívica de Colombia, et le manque de compétitivité ont fait fuir toutes les multinationales. Heureusement, depuis les années 2010, Cali s’ouvre de nouveau, se met à rêver à redevenir une ville plaisante, agréable et dynamique. Les opportunités économiques sont grandes même si elle accuse encore un retard face aux autres villes du pays ; la capitale bien entendu, mais aussi Medellín, reconnue pour son innovation, et la côte Caraïbe qui bénéficie d’une connexion maritime avec l’Europe sans les frais du canal de Panama.

Voilà donc mes recommandations pour investir à Cali :

 

1. L’immobilier

Comme presque partout dans le monde, acheter de l’immobilier est un placement à long terme qui peut rapporter gros ou devenir un refuge en cas d’effondrement de l’économie. Cali a l’avantage d’être encore moins cher que les autres villes.

Dans le nord, les quartiers de La Flora et Santa Mónica (Comuna 2) sont très agréables, proches du centre, de l’aéroport et des principales voies d’accès au reste du pays. De nombreux bars, restaurants et clubs de qualité sont dans la zone. L’Ouest (toujours Comuna 2) est aussi très intéressant, dans les quartiers de Santa Teresita, Santa Rosa, Arboleda, El Peñón mais plus cher car il y compte les quartiers aux estratos les plus élevés. On y trouve des immeubles très beaux et très modernes. À côté ce situe les quartiers plus historiques qui attirent les touristes et aussi la classe moyenne caleña. Tous les quartiers de San Antonio (Comuna 3) jusqu’à San Fernando (Comuna 19) ont un énorme potentiel mais il faudra prévoir une partie du budget pour la rénovation car les maisons sont vieilles et pas toujours bien entretenues.

Au-delà de San Fernando, en direction du Sud (Comuna 18), l’immobilier est intéressant mais ne bénéficie d’aucun atout particulier. Il faut donc bien évaluer les motivations d’acheter dans ces zones. Plus au Sud, le développement actuel connaît une progression fulgurante. La topographie permet de sortir de terre des quartiers entiers, la proximité avec les meilleures universités de la ville et la zone exclusive de Ciudad Jardín (Comuna 22) attire les familles. Cependant, les infrastructures routières ne suivent pas ce développement et circuler est un vrai problème. Le transport public est inefficace et les bouchons très fréquents.

Personnellement je déconseille d’acheter de l’immobilier pour construire un hôtel. Cali est saturée de nouveaux hôtels et on en voit déjà qui ferment leurs portes. Dans ce cas-là, mieux vaut meubler un appartement et le louer sur Airbnb ou à long terme.

 

2. Import-Export

Bien que le titre comporte Export, je ne retiendrais que l’Import. Du fait que Cali soit proche de Buenaventura, le seul port sur la côte Pacifique colombienne, toute la marchandise en provenance d’Asie y transite. C’est un grand avantage pour importer des produits bon marché de Chine, soit en les faisant produire sur mesure pour les commercialiser dans le reste du pays ou en les transformant sur place. Yumbo, au Nord de Cali, est la capitale industrielle de Colombie, on peut y transformer la matière première ou ajuster des pièces mécaniques. Meubles, matériaux de construction, pièces de rechange, accessoires de soins personnels, décorations intérieurs,… les possibilités sont grandes mais les compétiteurs aussi. À vous de trouver l’objet original ou meilleur que les autres.

Cali offre peu de débouchés d’exportation. Les coûts de transport sont élevés pour le marché européen, soit à cause des frais du canal de Panama, soit du transport routier jusqu’à un port de la côte caraïbe. Transporter un container coûte autant de Cali à Carthagène que de Carthagène à Rotterdam, ceci à cause du prix de l’essence et des trop nombreux péages. Il ne resterait que la côte Ouest des États-Unis et du Canada comme débouché. Voire la Corée du Sud, vu qu’il n’y a pas de taxes.

Sinon, l’autre solution est d’exporter un produit à haute valeur ajoutée, comme par exemple les deux points suivants.

 

Lire aussi : importer de la nourriture en Colombie et importer en Colombie (DIAN et Arancel)

 

3. La mode et accessoires de beauté

Les colombiens et colombiennes faisant très attention à leur apparence, lancer une marque de vêtements avec ses accessoires peut laisser des marges confortables si la qualité est reconnue. Studio F ou Evacol ont très bien réussi en démarrant à Cali justement. Le salon annuel de la mode Cali Exposhow attire créateurs et industriels de tout le pays mais maintenant également des étrangers, soit pour défiler soit pour tisser des liens commerciaux. Il faut savoir aussi que l’Amérique Latine en général raffole des marques colombiennes. Les femmes colombiennes étant admirées pour leur beauté et élégance, le reste du continent rêve de s’habiller comme elles. Imaginez que la future Sofia Vergara ou Ariadna Gutiérrez porte vos vêtements, un marché international s’ouvrirait à vous.

 

4. L’alimentaire

Je ne fais pas référence à un restaurant car chaque région en a besoin et les prix seront adaptés localement. Je pense plutôt à la confection de produits alimentaires qui s’adressent à un public cible. Par exemple UPN avec sa marque Megaplex fabrique ses suppléments protéinés pour fitness à Cali. On y trouve aussi des marques de céréales pour petits déjeuners comme Granny ou des jus de fruits comme Fénix. Le département du Valle del Cauca a une production agroalimentaire très forte et d’excellente qualité toute l’année. Un bon produit peut trouver son public à Cali, dans le reste du pays et même à l’exportation. Parfois les idées les plus simples arrivent à s’imposer.

Alors qu’il est très facile de trouver des jus de fruits, même dans la rue, et que chaque ménage compte un mixeur pour en faire soi-même, l’entreprise Costaricaine Cosechas a réussi à monter des petites échoppes de jus à travers tout le pays en quelques années seulement. Cosechas repose sur un système de franchise et se permettent le luxe de vendre leurs jus plus chers parce qu’ils sont rigoureux sur les portions, garantissant le même goût dans chacune de leurs échoppes.

Pour démarrer, trouvez une entreprise qui produira pour vous sans avoir à construire votre propre chaîne de production. Beaucoup d’entreprises fabriquent aussi les emballages ou bouteilles sur-mesure.

 

5. Internet

Cela peut paraître étonnant au premier abord mais c’est un secteur qui vaut la peine d’être signalé. Beaucoup de commerces peuvent se faire depuis n’importe quel coin de la planète pour autant qu’on ait une connexion internet ; créateur de pages web, designer, journaliste d’investigation, traducteur, professeur de langue, voire même boursicoteur et broker. Cali est intéressante pour sa qualité de vie à un coût bien inférieur aux autres villes du pays. Si les clients ne se trouvent de toute façon pas à Bogotá, il n’y a aucune raison d’aller y vivre et payer deux fois plus qu’à Cali. C’est un point de vue strictement économique bien entendu, Bogotá a aussi ses avantages mais pas dans ce cas. Si vos clients se trouvent en Europe ou aux États-Unis votre lieu de résidence n’entrera pas en compte.

 

Voilà 5 secteurs intéressants à Cali. Ne foncez pas tête baissée mais renseignez-vous bien avant de démarrer. Contactez-moi si vous avez besoin d’aide, ou suivez les conseils de Yoann si êtes à Medellín, ou ceux de Doniphane si vous êtes sur la côte Caraïbe.

Sébastien

 

Sur le même thème :

 

Ecouter les podcasts :

 

Livres et formations :

 

Merci encore d’avoir partagé ton expérience du marché caleño avec nous Sébastien.

L’espace commentaire et le forum sont là pour poser toutes les questions que vous désirez.

¡Hasta Pronto!